2000

par Thierry DE LAROCHELAMBERT

Alexandre HOSTETTLER (ingénieur ENSPS, chercheur) :

J’ai eu la chance de pouvoir accéder à cette formation après l’obtention de mon diplôme de DUT en mesures physiques. J’ai ainsi pu bénéficier d’une formation de qualité, dans un cadre de travail privilégié, qui m’a permis de continuer mes études et d’accéder à une école d’ingénieur reconnue.

Je n’aurais sans doute pas pu suivre une grande partie des cours théoriques de cette école si mes bases scientifiques n’avaient pas été fondamentalement renforcées. Les études supérieures effectuées en école d’ingénieur requièrent une bonne culture scientifique et des méthodes de travail que seule la classe d’ATS a pu m’offrir.

L’effectif réduit de cette formation (au regard des classes prépa classiques) a été sans nul doute un autre grand avantage. J’ai donc pu obtenir mon diplôme de l’Ecole Nationale Supérieur de Physique de Strasbourg et l’on m’a même proposé de continuer en thèse à l’Ircad, l’Institut de Recherche contre le Cancer de l’Appareil digestif, fer de lance du 9ème pôle de compétitivité français.

Je suis aujourd’hui heureux de remercier la prépa ATS qui me permet de m’épanouir et d’être à la hauteur des tâches qui me sont confiées. Je terminerai en faisant remarquer qu’il y avait plusieurs élèves qui ont obtenu de meilleurs résultats que les miens cette année là et que les nombreux amis avec qui j’ai gardé contact auraient tous eu une vision similaire à la mienne concernant la formation dispensée en spéciale ATS et la formidable seconde chance qu’elle nous a donnée à tous.